Editorial

Cette 64e Saison propose dix spectacles dont deux en option et deux en partenariat avec la Chartreuse-CNES de Villeneuve-lez-Avignon. Riche par sa diversité, elle aborde des thèmes très actuels, des problèmes de société, sans négliger les grands auteurs consacrés, l’ensemble étant emporté dans le tourbillon joyeux des maîtres du rire.

After the end, Une bouteille à la mer, traitent de sujets d’une brûlante actualité, terrorisme, conflit israélo-palestinien ; Je ne marcherai plus dans les traces de tes pas, L’affaire Dussaert invitent à s’interroger sur les motivations profondes de nos comportements, sur notre perception et notre interprétation de l’art, tandis que le Bal Littéraire, conçu par la Chartreuse-CNES, entraîne pour un soir les auteurs dans une expérience insolite avec les spectateurs.

Place est faite aux œuvres marquantes de notre patrimoine littéraire. Les Comédiens-Français nous permettent de redécouvrir Bajazet, pièce peu jouée, pourtant exceptionnelle en particulier par son sujet emprunté à un événement politique contemporain, fait unique dans le théâtre de Racine.

Pureté et magie de la langue encore, avec Un cœur simple, adapté de la nouvelle de Gustave Flaubert, et avec Edmond, genèse d’un chef-d’œuvre, exposée avec le panache éblouissant de Cyrano.

À Benoît XII la Saison s’ouvre avec Jacques Offenbach et la joyeuse Île de Tulipatan, et s’achève dans le même éclat de rire avec Un fil à la patte de Georges Feydeau.

Nous souhaitons à nos abonnés une très belle année théâtrale où alterneront l’émotion, les plaisirs de l’esprit et le rire libérateur.